• Seccondee, market. - La ville côtière de Seccondee (aussi orthographié Sekondi), dans l’Ouest de la Gold Coast, connait un important essor au tout début du XXème siècle. Elle bénéficie, après la guerre de 1900-1901 qui a permis de soumettre le pays ashanti, de gros investissements en infrastructures destinés à évacuer les richesses provenant des nouveaux territoires septentrionaux. Ainsi, une ligne de chemin de fer reliant Kumasi est déployée à partir de 1903 et un nouveau port est ouvert au trafic durant la décennie suivante. Ce dispositif permet d’acheminer le cacao, dont l’agriculture se développe, les bois tropicaux et les produits miniers et en particulier l’or dont l’extraction a bondit grâce aux investissements européens. La ville s’est développée autour du site d’un ancien fort hollandais du XVIIème siècle (une soixantaine de forts sont bâtis le long des 500 km de côtes de l’actuel Ghana à partir du XVème siècle par plusieurs puissances européennes). La ville voisine de Takoradi, sur le site d’un ancien fort anglais à quelques kilomètres à l’ouest de Sekondi, se développe à son tour dans les années suivant la première guerre mondiale. Elle est en effet choisie, par le gouverneur Gordon Guggisberg, pour recevoir le port en eau profonde qui portera le développement économique de la colonie. Les deux villes sont officiellement réunies en 1946, sous le nom de Sekondi-Takoradi.
  • Freetown, Tower Hill. – « Nouvelle escale à Freetown qui est la capitale de la Guinée anglaise, de cette Sierra Leone qui appartint aux Portugais. La côte est découpée et bordée de verdures. La ville s’étage au flanc d’un coteau, mais le fond du décor est composé de deux petites chaînes de montagnes à demi enchevêtrées, dont un des sommets à la forme d’un pain de sucre. Rien ici de colonial ni d’africain. On se croirait au bord d’un lac de Lombardie ou du Tessin. La mer est d’un bleu délicat, presque tendre. Freetown ressemble à Lugano et les casernes du haut quartier, bien exposées au soleil, font figure de grands hôtels qui attendent les étrangers. » Sources : Bordeaux, H., Nos Indes noires, Paris, éditions Plon, 1936.
  • Beach and landing place at Sekondi, 1903, (la plage et la zone d’accostage de Sekondi en 1903). – La ville côtière de Sekondi, dans l’Ouest de la Gold Coast, connait un important essor au tout début du XXème siècle. Elle bénéficie, après la guerre de 1900-1901 qui a permis de soumettre le pays ashanti, de gros investissements en infrastructures destinés à évacuer les richesses provenant des nouveaux territoires septentrionaux. Ainsi, une ligne de chemin de fer reliant Kumasi est déployée à partir de 1903 et un nouveau port est ouvert au trafic durant la décennie suivante. Ce dispositif permet d’acheminer le cacao, dont l’agriculture se développe, les bois tropicaux et les produits miniers et en particulier l’or dont l’extraction a bondit grâce aux investissements européens. La ville s’est développée autour du site d’un ancien fort hollandais du XVIIème siècle (une soixantaine de forts sont bâtis le long des 500 km de côtes de l’actuel Ghana à partir du XVème siècle par plusieurs puissances européennes). La ville voisine de Takoradi, sur le site d’un ancien fort anglais à quelques kilomètres à l’ouest de Sekondi, se développe à son tour dans les années suivant la première guerre mondiale. Elle est en effet choisie, par le gouverneur Gordon Guggisberg, pour recevoir le port en eau profonde qui portera le développement économique de la colonie. Les deux villes sont officiellement réunies en 1946, sous le nom de Sekondi-Takoradi.
  • Police de Cape-Coast. – Carte postale diffusée par les missions africaines, 150 cours Gambetta, Lyon. - Les forces de police de la ville de Cape Coast, qui fut la capitale de la Côte-de-l’Or jusqu’en 1877, sont parmi les plus anciennes de la colonie. Elles sont les héritières directes des petites garnisons déployées par la Couronne britannique en 1830 spécifiquement pour la défense et la police des forts de Cape Coast et Accra. Cette période correspondait à un retrait des Anglais face à l’hostilité persistante des Ashanti, malgré leur défaite en 1826 à la bataille d’Akatamanso, près d’Accra. La gestion et la protection des possessions et forts britanniques furent alors confiées à un conseil de marchands, à la tête duquel Londres plaça le capitaine Georges Mcgeal. Durant les treize années où il demeura à Cape Coast, il jeta les bases de l’administration coloniale. Ne disposant ni de forces militaires conséquentes, ni même de mandat officiel pour ce faire, il basa son action sur la sagesse et le dialogue.
  • La place du marché à Accra, au début du XXème siècle. - Accra. – La ville d’Accra devient la capitale de la Gold Coast en 1877, peu de temps après que celle-ci soit devenue une colonie de la Couronne britannique en 1874. Les différents quartiers de la ville s’étaient structurés à partir du XVIIème siècle, à proximité des forts européens. Puis progressivement, l’agglomération de ces noyaux initiaux a formé la ville. La ville acquiert des rôles culturels, économiques et politiques locaux, avant d’être investie par le projet colonial d’en faire le pôle économique et politique structurant de la colonie.
  • Cape Coast, Government House , en 1873. – La maison du gouverneur semble dater du début du XIXème siècle, elle est en effet quelques fois désignée comme « maison Hope-Smith » du nom d’un gouverneur de l’établissement de Cape Coast en poste vers 1915. L’édifice abrite aujourd’hui un certain nombre de services publics, et son élégante architecture d’origine est masquée par l’adjonction de multiples vérandas. La ville de Cape Coast demeure la capitale de la Gold Coast jusqu’en 1877, mais Accra, qui s’impose alors, était devenue le principal pôle commercial dès le milieu du siècle.
  • Accra. – La ville d’Accra devient la capitale de la Gold Coast en 1877, peu de temps après que celle-ci soit devenue une colonie de la Couronne britannique en 1874. Les différents quartiers de la ville s’étaient structurés à partir du XVIIème siècle, à proximité des forts européens. Puis progressivement, l’agglomération de ces noyaux initiaux a formé la ville. La ville acquiert des rôles culturels, économiques et politiques locaux, avant d’être investie par le projet colonial d’en faire le pôle économique et politique structurant de la colonie. Cette carte postale, éditée par Lévy et Neurben réunis, à Paris, est diffusée par la compagnie française SCOA (société commerciale de l’Ouest africain), et fait partie d’une série sur les colonies anglophones comptant également des clichés sur le Sierra Leone. Elle a été expédiée le 18 février 1924, d’Accra vers Bruxelles.
  • HRH The Prince of Wales and the Ju-Ju Man, Accra. – Il doit s’agir d’Edouard VIII, qui porta ce titre traditionnellement dévolu au fils du souverain entre 1910 et 1936, avant d’accéder au trône britannique, charge dont il devait abdiquer deux ans plus tard pour raisons matrimoniales. Il effectua un voyage sur la côte ouest africaine en 1925. Il se rendit notamment au Sierra Leone et au Nigeria, et visita la Gold Coast en avril, passant par Accra et Kumasi. « Ju-ju man » est le nom couramment employé en Gold Coast pour désigner les féticheurs.
  • Le premier gouvernement du Ghana indépendant, en 1957. – Seconde colonie britannique d’Afrique à obtenir son indépendance, le 6 mars 1957, après le Soudan en 1956, la Gold Coast adopte le nom de Ghana, en référence à l’Empire du Ghana (VIII ème à XIII ème),  sous la gouverne de Kwame Nkrumah, et opte pour la république en 1960. On voit ici Kwame Nkrumah, le troisième personnage assis en partant de la gauche, alors premier ministre, entouré de son gouvernement. Il était devenu premier ministre dès 1951, alors que le parti qu’il avait fondé venait de remporter les élections législatives, juste après qu’il ait connu la prison pour son activité politique. Panafricaniste de la première heure, il contribue à la création de l’Organisation de l’Unité Africaine, devenue depuis Union Africaine, qu’il souhaitait néanmoins beaucoup plus omnipotente. Dans ce même esprit, il avait formé une union inédite avec la Guinée et le Mali, tout juste indépendants. Et, quand en 1966 il est renversé par un coup d’Etat militaire, qui a lieu tandis qu’il effectuait un long voyage en Chine, le président guinéen Sékou Touré dont il avait été l’un des premiers soutiens, lu propose la coprésidence de son pays ! Le régime de Kwame Nkrumah avait connu au fil du temps une dérive autoritaire indéniable et un échec économique dont le Ghana portera les stigmates jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Jerry Rawlings en 1981. Kwame Nkrumah meure en exil en 1972, dans un hôpital  de Bucarest en Roumanie.
  • Crossing the river at Nsawam. – Il s’agit ici de sacs de fèves de cacao transportés vers Accra, passant sur des pirogues une petite rivière nommée Densu. La localité de Nsawam est le point intermédiaire du déploiement du chemin de fer entre Accra et Kumasi. Elle fut reliée à la capitale en 1911, tandis que le second tronçon devait s’achever en 1915. Source photo : Knapp, Arthur, Cocoa and chocolate - Their History from Plantation to Consumer, London, Chapman and Hall, 1920.
  • Cape Coast, general view, about 1905.
  • Eglise de Navrongo, au nord de la Gold Coast. – Visite, en 1929, de Mgr Joanny Thévenoud, vicaire apostolique de Ouagadougou, et du père Louis Durrieu,  reçus par le père Remigius McCoy et Mgr Oscar Morin. La mission dans les Territoires du nord de la Côte-d’Or a été fondée en 1906 à partir de la mission de Ouagadougou.
  • FreeTown (Sierra Leone), troupes angraises - Carte postée le 20.12.1914
  • Gold Coast, Accra Christianburg
  • Sekondi. The Point & Port Orange from the Sea - Carte postale écrite en 1904
  • Sekondi, Market place - Carte postale écrite en 1904
  • Sekondi, railway officers bungalows
  • Vickers Viscount 838 de Ghana Airways - Vendu par la compagnie nationale ghanéenne à une compagnie indonésienne puis revendu à une compagnie suédoise, l’appareil s'est écrasé dans un parking à l'approche de Stockholm le 15.01.1977
  • Quittah (Gold Coast), départ pour une promenade sur la lagune
  • cra, Christianborg Castle, about 1960
  • Dance of the northern horsemen, about 1960
  • Dancers Adowah african music, about 1960
  • Giirls of the forest
  • Accra, Legon University, about 1960
  • Accra, Ghana's Parliament House, about 1960
  • Primitive cottage natives
  • Ghana, the King and I
  • Accra, trinity church.
  • Hausa trader with native products.
  • Kumasi Kajatia.
  • Kumasi, Odum Street.
  • Kumasi, market scene.
  • Native women carrying water.
  • Secondee, Poassi Road.
  • Accra, coronation feast of chief.
  • Ashanti durbar young women, 1960
  • Ashanti warriors, about 1960
  • Cape Coast beach and town, about 1960
  • Children native costumes
  • Mafulomoo in the Protectorate of Sierra Leone
  • Ascension Town Village. Sierra Leone
  • Moa River Bridge, Sierra Leone - Carte postée de Lagos, Nigeria, en 1919.
  • Sierra Leone, vieux tisserand indigène - Carte postale éditée par les Missions des pères du Saint-Esprit
Compteur d'affichages des articles
1197449